Acheter un purificateur d'air pour les hôpitaux

Les hôpitaux sont des lieux où les gens viennent se faire soigner et se rétablir. A ce titre, ces institutions devraient être des refuges sûrs en matière de santé et de propreté. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Les infections nosocomiales (IAS) augmentent de 0,06 % par an à l’échelle mondiale1. Il s’agit d’infections contractées par des patients en milieu hospitalier. Beaucoup de ces infections se propagent via des virus aéroportés, ce qui souligne la nécessité sociétale d’aborder le sujet de la qualité de l’air intérieur (QAI) dans les hôpitaux. Quel est l’impact de la qualité de l’air intérieur (QAI) d’un hôpital sur le bien-être des patients ? Un purificateur d’air pour hôpitaux peut-il contribuer à la réduction du nombre d’agents pathogènes propagés entre les patients dû à la pollution particulaire ? Continuez à lire pour en savoir plus.

Patient beds in a hospital

Principales causes de la mauvaise qualité de l’air dans les hôpitaux

Les hôpitaux et les autres établissements de santé connaissent deux principaux types de pollution de l’air intérieur : chimique et biologique. Comme ces institutions fonctionnent à plein temps, il y a un afflux constant de pollution de l’air intérieur qui n’a jamais la possibilité de se dissiper.

Pollution chimique

Dans les hôpitaux, l’utilisation de produits stérilisants, désinfectants et nettoyants libère une multitude de composés organiques volatils (COV) qui présentent des risques négatifs pour la santé. Certains d’entre eux inclut des gaz et des particules comme le formaldéhyde et le benzène (deux cancérigènes connus), les oxydes d’éthylène, les alcools, le monoxyde et le dioxyde de carbone, le radon et le glutaraldéhyde2,3. De plus, les gaz comme le protoxyde d’azote qui sont utilisés à des fins anesthésiques et d'autres procédures médicales contribuent à une mauvaise qualité de l’air intérieur.

Des études ont établi que l’analyse et la surveillance de la pollution chimique dans les hôpitaux reçoivent souvent moins d’attention que la pollution biologique. La concentration de COV dans les espaces intérieurs est souvent 2 à 5 fois supérieure à celle des espaces extérieurs, atteignant parfois jusqu'à 1 000 fois supérieure juste après l'utilisation d'un produit émetteur de COV4. L'exposition aux COV et aux particules polluantes peut entraîner des risques pour la santé à court et à long terme allant de :

  • À court terme : maux de tête, étourdissements, irritation des yeux et de la gorge, perte de coordination
  • À long terme : lésions du système nerveux, du foie et/ou des reins ; le formaldéhyde et le benzène sont cancérigènes3

De plus, il est courant que les bâtiments hospitaliers eux-mêmes émettent des polluants atmosphériques nocifs, provoquant le syndrome des bâtiments malsains chez les occupants. Afin de mettre l’accent sur l’efficacité énergétique, les bâtiments les plus récents ont une conception étanche à l’air. Une fois entrés, les polluants ne peuvent pas s’échapper, ce qui entraîne une accumulation de concentrations de polluants. Les matériaux utilisés dans la construction comme les peintures, les solvants, les adhésifs et même les nouveaux meubles et autres meubles libèrent tous des polluants dangereux comme les COV (en particulier le formaldéhyde) à l'intérieur d'un bâtiment environ jusqu'à deux ans !

Les bâtiments hospitaliers plus anciens ont leurs propres problèmes et contribuent à la mauvaise qualité de l’air intérieur. Des conduits obsolètes peuvent entraîner une mauvaise filtration de l’air aspiré de l’extérieur. Les polluants chimiques comme les COV et les autres types de polluants atmosphériques comme la poussière et les acariens, la saleté, le pollen et même les agents pathogènes en suspension dans l'air peuvent circuler par les bouches d'aération, accédant ainsi aux patients et au personnel vulnérables.

Pollution biologique

Naturellement, la pollution biologique est le type de pollution intérieure le plus souvent associé à un environnement hospitalier. Sur la base d'une étude systématique de 55 hôpitaux dans 14 pays différents à travers le monde, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte que 8,7 % des patients recevant un traitement à l'hôpital souffraient d'IAS. La prévalence des IAS était estimée à 5 % en Europe et en Amérique du Nord, mais elle était la plus élevée (plus de 40 %) dans certains pays d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie1.

Lorsqu’un patient tousse ou éternue, des aérosols libérés dans l’air ou se propagent sur les surfaces de l’hôpital. Ces aérosols peuvent atterrir sur des matériaux tels que les bassins de lit, l'argenterie, la literie et les meubles. La toux et les éternuements propulsent les aérosols jusqu'à 60 mètres (200 pieds)9 ! Cela facilite la circulation des bactéries et des virus dans le reste de l’hôpital, infectant potentiellement d’autres patients et membres du personnel. Les IAS les plus courantes sont les infections des voies respiratoires (pneumonie), les infections du site opératoire, le sepsis, les infections à Clostridium difficile (ICD) et les infections des voies urinaires5.

Les IAS et la pollution biologique peuvent se propager de plusieurs manières :

  • Mauvaise QAI des hôpitaux qui propagent des agents pathogènes aéroportés
  • Mauvaise hygiène personnelle du personnel hospitalier
  • Mauvaises normes de santé hospitalières
  • Manque de conformité aux directives hospitalières établies en matière de santé et de sécurité6

Avec la prolifération du virus SARS-CoV-2 pendant la pandémie de COVID-19, l’importance de lutter contre les maladies aéroportées dans les hôpitaux a été mise sous les feux de la rampe. Une étude va jusqu'à affirmer qu'« un contrôle raisonnable de la qualité de l'air dans les établissements hospitaliers est non seulement vital pour la prévention des infections chez les patients dont le système immunitaire est affaibli, mais il est également essentiel pour garantir une santé, une productivité et un bien-être optimaux aux travailleurs de la santé »7,8.

A stethoscope, a mask, and a hand holding a plastic heart

Mauvaise ventilation

Les hôpitaux et établissements de santé sont généralement des environnements fragiles. L’objectif est d’assurer la sécurité des patients vulnérables en excluant autant que possible les contaminants extérieurs. Les environnements fermés s’accompagnent souvent d’un manque de ventilation suffisante, ce qui entraîne de graves problèmes pour la qualité de l’air intérieur d’un hôpital. La ventilation est cruciale pour contrôler les niveaux de pollution de l’air intérieur. Cela peut même réduire le risque de transmission d’agents pathogènes entre les chambres des patients.

La transmission du coronavirus dans les hôpitaux et la pandémie de COVID-19 dans son ensemble ont relativisé les choses. Ils ont prouvé que les hôpitaux et les autres établissements médicaux doivent accorder une plus grande importance à la garantie d’une ventilation adéquate et à l’entretien des systèmes de ventilation. Cela inclut l’installation de systèmes de ventilation plus spécialisés conçus pour les bâtiments de santé, une option généralement coûteuse mais nécessaire. Lorsqu'il est utilisé en combinaison avec des purificateurs d'air de qualité médicale installés dans les chambres des patients et dans d'autres endroits à forte transmission autour d'un hôpital, alors la transmission bactérienne et virale peut être considérablement réduite.

Facteurs extérieurs contribuant à une mauvaise QAI dans les hôpitaux

Certains facteurs extérieurs contribuent à la mauvaise qualité de l’air en milieu hospitalier. Premièrement, les niveaux de pollution d’air extérieur jouent un rôle important dans les concentrations de pollution de l’air intérieur. Les hôpitaux et établissements de santé situés en milieu urbain ou industriel sont les plus touchés par la pollution de l’air extérieur. Dans ces zones, les niveaux élevés d’échappement des véhicules, la pollution des chantiers de construction, des centrales électriques et le smog sont tous des sources de pollution par les particules fines (PM). Les patients peuvent ramener des particules provenant de l’extérieur jusqu’aux hôpitaux sur leurs vêtements, sur leur peau et dans leurs cheveux. Ces particules fines peuvent également pénétrer les hôpitaux via les systèmes CVC.

Les environnements ruraux contribuent également à la pollution aux particules fines dans la mauvaise qualité de l’air intérieur des hôpitaux. Les environnements ruraux connaissent des niveaux élevés d'allergènes, comme le pollen et la poussière des routes, ainsi que les pesticides utilisés sur les terres agricoles voisines.

Les conditions climatiques telles que l’humidité et la température peuvent aggraver la mauvaise qualité de l’air intérieur, tant dans les zones urbaines que rurales.

Facteurs professionnels

Certains polluants spécifiques aux hôpitaux présentent des dangers pour le personnel et les patients. Le mercure fait partie de ces polluants.

Lorsqu’un appareil contenant du mercure est brisé, si des mesures appropriées ne sont pas prises pour manipuler ou entreposer l’appareil brisé, du mercure sera émis dans l’air intérieur. Sans ventilation suffisante, les vapeurs toxiques peuvent contaminer l’air respirable d’un hôpital. Une fois que le mercure pénètre dans l’organisme par inhalation, il peut se frayer un chemin vers la circulation sanguine.

Le mercure est une neurotoxine et les risques pour la santé dépendent de nombreux facteurs différents, notamment :

  • La dose et le type de mercure auquel la personne a été exposée
  • L'âge de la personne
  • La durée d'exposition
  • La voie d'exposition (inhalation, cutanée, ingestion)

Lorsque le mercure est en suspension dans l’air, l’inhalation de celui-ci peut entraîner des effets négatifs sur les systèmes nerveux et immunitaire, ainsi que des dommages au foie et aux reins. Des effets comportementaux et neurologiques sont fréquemment observés, et les fœtus sont les plus à risque10.

De plus, les membres du personnel chargés du nettoyage peuvent être exposés à des niveaux élevés d’exposition aux COV, mettant ainsi leur santé en danger. La présence de produits nettoyants dans les chambres des patients peut également avoir un impact sur la santé des patients.

Two surgeons performing surgery

Comment fonctionne un purificateur d’air pour hôpitaux ?

Les purificateurs d’air, également appelés « stérilisateurs d’air » ou « épurateurs d’air », sont des machines puissantes mais simples. Ils aspirent l'air pollué contenant des gaz et des particules toxiques de votre espace intérieur, traitent l'air à l'aide d'une ou plusieurs technologies de filtration de l'air, puis libèrent l'air purifié dans votre espace.

Les purificateurs d’air disponibles sur le marché actuel varient considérablement en termes d’options proposées et de prix. Certains sont conçus pour lutter contre des types spécifiques de polluants, tandis que d’autres ont un spectre d’action plus large.

Les avantages d'un purificateur d'air pour les hôpitaux

Installer des purificateurs d’air et investir dans une meilleure QAI dans un hôpital est un excellent moyen de protéger les patients en convalescence et le personnel qui travaille dur.

Prévenir une épidémie

En raison de la pandémie de COVID-19, l’utilisation de purificateurs d’air dans les hôpitaux a considérablement augmenté. De multiples études ont ainsi concentré leurs efforts sur la compréhension dans quelle mesure ces dispositifs contribuent à réduire la transmission des agents pathogènes. Comme nous l’avons appris de la pandémie de coronavirus, les agents pathogènes aéroportés comme le COVID-19 se transmettent par les gouttelettes et les microgouttelettes d’aérosol. L'exposition à ces bactéries et virus dans les hôpitaux ou les chambres de patients se produit lorsqu'une personne infectée parle, tousse, éternue, chante ou même respire ou expire avec la bouche ouverte. La distanciation sociale peut parfois poser des problèmes dans les hôpitaux lorsque les médecins doivent être proches de leurs patients. Les taux de transmission d’agents pathogènes sont plus élevés dans les espaces intérieurs sans ventilation adéquate et occupés par de nombreuses personnes, faisant d’un hôpital le terrain fertile idéal.

Une étude de 2023 a révélé que l’utilisation correcte d’un purificateur d’air portable (PAC) peut réduire la demi-vie des aérosols de 82 %, constituant ainsi une excellente forme de contrôle des infections. En outre, l’étude a révélé que les niveaux de concentration d’aérosols étaient au moins 46 % inférieurs à ceux des environnements sans purificateur d’air. Un purificateur d’air portable peut entraîner des « réductions significatives du niveau de concentration d’aérosols », réduisant ainsi les maladies et agents pathogènes aéroportés par gouttelettes11.

Une autre étude de 2021 a eu des résultats encore plus prometteurs. Il a été constaté que l'utilisation de deux purificateurs d'air portables dans une seule chambre de patient permettait d'éliminer 99 % des aérosols de l'air en 5,5 minutes12.

Il est important de noter que les stérilisateurs d’air ne doivent pas être utilisés pour remplacer une ventilation suffisante. Afin de continuer à soutenir l’amélioration de la qualité de l’air intérieur (QAI) et le contrôle des infections dans un hôpital, une combinaison d’un purificateur d’air destiné à l’hôpital et d’une ventilation est toujours recommandée.

Rassurer le personnel et les patients

Des études ont même montré que lorsque les patients savent qu’ils respirent un air plus pur, cela peut faciliter leur rétablissement. Une « psychologie saine » et une réduction du stress peuvent encourager une récupération chirurgicale plus rapide et améliorer les résultats à court et à long terme des maladies chroniques et des infections13.

Il en va de même pour les membres du personnel hospitalier. Lorsque les membres du personnel auront le sentiment que leur employeur investit dans leur santé en installant des purificateurs d’air dans un hôpital, ils se sentiront en mesure d’effectuer un travail de meilleure qualité. En outre, des études ont établi un lien entre la présence de pollution de l’air intérieur sur le lieu de travail et une diminution de la concentration et de la productivité ainsi qu’une fatigue accrue. En améliorant la qualité de l’air intérieur d’un hôpital, le personnel pourrait bénéficier d’une augmentation de productivité de 25 %14.

Réduire les dépenses hospitalières

Une étude californienne de 2012 a révélé que les patients et le personnel ne sont pas les seuls à bénéficier de l’installation de dispositifs de purification de l’air dans les hôpitaux et autres établissements de santé. En fait, en concentrant ses efforts sur l’amélioration de la qualité globale de l’air, un hôpital peut réduire considérablement ses dépenses en équipements liés à la pollution atmosphérique et en soins aux patients.

Les coûts économiques des maladies liées à la pollution atmosphérique, en particulier les soins d’urgence dispensés aux patients souffrant d’asthme et de maladies respiratoires et cardiovasculaires, ont considérablement augmenté au cours des dernières décennies. Un hôpital qui a participé à l'étude, le Riverside Community Hospital en Californie, a constaté que si les normes fédérales avaient été respectées concernant les niveaux de PM2.5 intérieurs et extérieurs de 2005 à 2007, 329 hospitalisations et visites aux urgences liées à la pollution de l'air auraient pu être évitées. Ces hospitalisations et visites aux urgences équivalaient à un total de plus de 2 millions de dollars (1,6 million de livres sterling ou 1,8 million d'euros). Un autre hôpital, le St. Agnes Medical Center, a enregistré des résultats similaires au cours de cette période, avec 384 admissions à l'hôpital/visites aux urgences liées à la pollution de l'air totalisant près de 3 millions de dollars (2,3 millions de livres sterling ou 2,7 millions d'euros)15.

Sachant que nos espaces intérieurs sont 2 à 5 fois plus pollués que les espaces extérieurs, investir dans l’amélioration de la qualité de l’air intérieur des hôpitaux conduit à des économies notables.

A hospital with an 'EMERGENCY' sign

Comment choisir un purificateur d’air pour les hôpitaux ?

Tous les purificateurs d’air n’offrent pas les mêmes technologies et options, et ne sont pas tous adaptés aux besoins polyvalents d’un hôpital. Il est essentiel de garder certaines choses à l’esprit lors de l’achat de l’appareil parfait.

Tenez compte du type et de la taille de la pièce

Un hôpital comporte de nombreuses pièces et espaces différents, ce qui signifie qu'il a de nombreuses exigences différentes en matière de purification de l'air. Il peut comprendre des chambres de patients, des salles d'attente, des salles à pression positive et négative, des laboratoires, des unités de transport, des salles d'urgence, des unités de grands brûlés, des soins aux personnes âgées, des unités de soins intensifs, des espaces de garde, etc. Pour un grand espace avec de nombreux besoins, la meilleure option est de choisir un appareil de purification d’air capable de tout faire.

Un appareil portable, combattant tous les types de polluants et doté d'un flux d'air puissant, vous permettra de le placer n'importe où dans votre hôpital, à tout moment. Un aspect crucial à considérer avant de faire votre achat est de vous assurer que le purificateur d’air est bien dimensionné par rapport au volume de la pièce à laquelle l’appareil est destiné ! Les purificateurs d'air pour hôpitaux sont conçus pour purifier l'air de la taille maximale d'une pièce. Pour les grandes pièces et les grands espaces, notre purificateur d’air AEROPRO 150 serait idéal ; pour les pièces et les espaces plus petits, notre purificateur d'air AEROPRO 40 serait le meilleur.

Tenez compte du type de filtre et du budget

Comme mentionné ci-dessus, les purificateurs d'air destinés aux hôpitaux peuvent être dotés de nombreux types de technologies différents, ce qui signifie que les prix moyens varient de 200 € à 1 000 €. Les technologies les plus courantes que vous pouvez trouver dans un stérilisateur d’air sont :

  1. Pré-filtres
  2. Filtres en bambou
  3. Lysozyme et ions argent
  4. Filtres certifiés HEPA de qualité médicale
    • Attention : vous pouvez trouver des filtres de type « HEPA » pour certains appareils de purification d'air. Bien que moins chers, les filtres de type « HEPA » ne sont pas soumis aux mêmes tests tiers que les filtres certifiés HEPA. De ce fait, on ne peut pas leur garantir le même niveau de filtration que les filtres certifiés HEPA !
  5. Filtres à charbon actif
  6. Photocatalyse
  7. Stérilisation aux ultraviolets (UVC)
  8. Ionisation (ions négatifs)

Lors de la recherche d'un purificateur d'air pour les hôpitaux, il est particulièrement important de rechercher un appareil contenant au minimum un filtre certifié HEPA de qualité médicale et une stérilisation UVC. Bien que ces technologies soient extrêmement efficaces contre les particules fines et les pathogènes, elles ne luttent pas contre les pollutions chimiques comme les COV. En plus de la filtration certifiée HEPA et de la stérilisation UVC, les purificateurs d'air Eoleaf sont également équipés de charbon actif et de photocatalyse pour lutter contre les COV. Un tel dispositif permet de lutter contre toutes les pollutions de l’air intérieur d’un hôpital !

De plus, les filtres de votre appareil doivent être faciles à remplacer. Les filtres de mauvaise qualité nécessitent souvent d'être remplacés plusieurs fois par an, ce qui contribue considérablement au budget de maintenance de votre appareil. Les filtres de haute qualité comme ceux d’Eoleaf ne nécessitent d’être remplacés qu’une fois par an. De plus, bien qu'ils proposent 8 technologies de filtration différentes, nos filtres sont tout-en-un, ce qui rend le changement de filtre facile et réalisable par n'importe qui en quelques minutes seulement.

La consommation d’énergie contribue également à votre budget

Choisissez un purificateur d'air pour un hôpital économe en énergie, offrant une expérience utilisateur écologique et économique. Enfin, non seulement votre purificateur d'air pour votre hôpital doit être durable, mais le fabricant doit proposer des pièces de rechange et un centre de réparation dédié pour garantir une utilisation durable. Eoleaf dispose de deux centres de réparation dédiés pour garantir une utilisation durable de votre purificateur d'air, un en France et un au Royaume-Uni.

Considérez son niveau de bruit

Un purificateur d’air installé dans un hôpital ne doit jamais être trop bruyant pour ne pas perturber les patients au repos ou le personnel médical dans l’exercice de ses fonctions. Les stérilisateurs d'air ne doivent jamais dépasser 70 décibels (dB), ce qui permet de maintenir le bruit du ventilateur à un faible niveau même lorsqu'il fonctionne à sa vitesse maximale. Un appareil silencieux offrant plusieurs niveaux de vitesse de ventilation est idéal car il s’adapte à la pièce dans laquelle il se trouve.

Pour obtenir de l’aide sur nos produits ou pour dimensionner votre projet, n’hésitez pas à contacter notre équipe d’experts en purification d’air. N'hésitez pas également à vous référer à notre Guide d'achat pour plus d'informations sur la façon de choisir un purificateur d'air pour votre hôpital.

Le purificateur d'air AEROPRO 150 d'Eoleaf

Sources

1 Raoofi S, Pashazadeh Kan F, Rafiei S, Hosseinipalangi Z, Noorani Mejareh Z, Khani S, Abdollahi B, Seyghalani Talab F, Sanaei M, Zarabi F, Dolati Y, Ahmadi N, Raoofi N, Sarhadi Y, Masoumi M, Sadat Hosseini B, Vali N, Gholamali N, Asadi S, Ahmadi S, Ahmadi B, Beiramy Chomalu Z, Asadollahi E, Rajabi M, Gharagozloo D, Nejatifar Z, Soheylirad R, Jalali S, Aghajani F, Navidriahy M, Deylami S, Nasiri M, Zareei M, Golmohammadi Z, Shabani H, Torabi F, Shabaninejad H, Nemati A, Amerzadeh M, Aryankhesal A, Ghashghaee A. Prévalence mondiale des infections nosocomiales : revue systématique et méta-analyse. PLoS One. 2023 Jan 27;18(1):e0274248. doi: 10.1371/journal.pone.0274248. PMID: 36706112; PMCID: PMC9882897.

2 Fonseca, A.; Abreu, I.; Guerreiro, M.J.; Barros, N. Qualité de l'air intérieur dans les unités de soins de santé : une revue systématique de la littérature axée sur les recherches récentes. Sustainability 2022, 14, 967. https://www.mdpi.com/2071-1050/14/2/967 

3 El-Sharkawy MF, Noweir ME. Niveaux de qualité de l’air intérieur dans un hôpital universitaire de la province orientale de l’Arabie Saoudite. J Family Community Med. 2014 Jan;21(1):39-47. doi: 10.4103/2230-8229.128778. PMID: 24696632; PMCID: PMC3966095.

4 Impact des composés organiques volatils sur la qualité de l’air intérieur. Environmental Protection Agency. (15 aôut 2023). https://www.epa.gov/indoor-air-quality-iaq/volatile-organic-compounds-impact-indoor-air-quality

5 Abdullah, M. (28 janvier 2021). 5 infections nosocomiales les plus courantes (HAIS). Inivos. https://inivos.com/blog/5-most-common-hospital-acquired-infections-hais/

6 Gozel MG, Hekimoglu CH, Gozel EY, Batir E, McLaws ML, Mese EA. Programme national de contrôle des infections en Turquie : le taux d'infections nosocomiales s'étend sur 10 ans. Am J Infect Control. 2021 Jul;49(7):885-892. doi: 10.1016/j.ajic.2020.12.013. Epub 2020 Dec 25. PMID: 33359550.

7 Ibrahim F, Samsudin EZ, Ishak AR, Sathasivam J. Qualité de l'air intérieur des hôpitaux et ses relations avec la conception du bâtiment, son fonctionnement et les facteurs liés aux occupants : une mini-revue. Front Public Health. 2022 Nov 8;10:1067764. doi: 10.3389/fpubh.2022.1067764. PMID: 36424957; PMCID: PMC9679624.

8 Śmiełowska M, Marć M, Zabiegała B. Qualité de l'air intérieur dans les environnements de services publics - un examen. Environ Sci Pollut Res Int. 2017 Apr;24(12):11166-11176. doi: 10.1007/s11356-017-8567-7. Epub 2017 Feb 24. PMID: 28236201; PMCID: PMC5393278.

9 Air, Q. (2023). Hospitals & Healthcare. Qualité de l'air et solutions pour les hôpitaux et les établissements de santé. https://quatroair.com/industries/hospitals-and-healthcare

10 World Health Organization. (31 mars 2017). Mercure et santé. World Health Organization. https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/mercury-and-health

11 Salmonsmith J, Ducci A, Balachandran R, Guo L, Torii R, Houlihan C, Epstein R, Rubin J, Tiwari MK, Lovat LB. Utilisation de purificateurs d'air portables pour réduire les aérosols en milieu hospitalier et réduire l'arriéré clinique. Epidemiol Infect. 2023 Jan 18;151:e21. doi: 10.1017/S0950268823000092. PMID: 36650731; PMCID: PMC9990385.

12 Buising KL, Schofield R, Irving L, Keywood M, Stevens A, Keogh N, Skidmore G, Wadlow I, Kevin K, Rismanchi B, Wheeler AJ, Humphries RS, Kainer M, Monty J, McGain F, Marshall C. Utilisation de purificateurs d'air portables pour réduire la transmission des aérosols dans un service hospitalier de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Infect Control Hosp Epidemiol. 2022 Aug;43(8):987-992. doi: 10.1017/ice.2021.284. Epub 2021 Jun 24. PMID: 34266516; PMCID: PMC8314194.

13 Mavros MN, Athanasiou S, Gkegkes ID, Polyzos KA, Peppas G, Falagas ME. Les variables psychologiques affectent-elles la récupération chirurgicale précoce ? PLoS One. 2011;6(5):e20306. doi: 10.1371/journal.pone.0020306. Epub 2011 May 25. PMID: 21633506; PMCID: PMC3102096.

14 Neidell, M., Pestel, N. Pollution de l’air et productivité des travailleurs. IZA World of Labor 2023: 363. doi: 10.15185/izawol.363.v2

15 Romley, J. A., Hacksbarth, A., & Goldman, D. P. (2012). L'impact de la qualité de l'air sur les dépenses hospitalières. RAND Corporation. https://www.rand.org/pubs/periodicals/health-quarterly/issues/v2/n3/06.html

La gamme de purificateurs d'air Eoleaf

1 de 5