Filtration de l'air dans le nez humain

Vous avez peut-être entendu dire que notre nez peut offrir une certaine protection contre les polluants présents dans l'air que nous respirons. Bien que cela soit vrai dans une certaine mesure, le nez humain ne peut pas tout filtrer. Découvrons ensemble ce que notre nez est capable de filtrer et ce qu'il ne peut pas, et comment nous pouvons nous protéger de la pollution de l’air et de ses effets nocifs.

Un homme avec son enfant touchant son nez

Le rôle du nez dans la respiration

Lorsque vous respirez par le nez, l'air inhalé pénètre dans vos voies nasales via les narines. Les voies nasales sont les deux sections qui dirigent l'air inhalé vers la cavité nasale, une zone vide située au-dessus de l'os qui forme le palais de la bouche. C'est dans cette cavité que l’air de chaque respiration est filtré des plus grosses particules, humidifié et réchauffé avant de continuer vers la trachée et vers les poumons1.

Votre nez filtre donc l'air, en attrapant et piégeant les particules grâce aux nombreux petits poils qu’il possède. Cela lui permet de filtrer immédiatement les particules les plus grosses avant que celles-ci ne puissent accéder à vos poumons. Votre nez est aussi capable d’humidifier l'air en y ajoutant de l'humidité afin d’empêcher vos voies respiratoires de se dessécher. Enfin, votre nez réchauffe l'air à la température de votre corps avant qu'il n'atteigne vos poumons.

Comment le nez filtre les particules

Nos voies respiratoires sont tapissées d'un mucus collant qui agit comme un piège à mouches pour capturer les gros polluants et allergènes. Comment cela fonctionne-t-il? Du fait de la forme du nez, l'air qui y pénètre change rapidement de direction : il est dévié d’un angle de 90 degrés lorsqu'il passe de la narine à la cavité nasale. Ce changement soudain de direction, allié au ralentissement du flux d'air lorsqu'il se déplace de la narine à la cavité nasale, a pour effet de se faire déposer les particules de matière présents dans le flux d'air sur la surface collante à l'intérieur du nez.4

Le mucus est ensuite poussé par les cils (de minuscules poils), grâce à un mouvement de va-et-vient, vers l'estomac où il est neutralisé. Notre corps peut produire jusqu'à un litre de mucus par jour !Il s'agit d'une adaptation incroyablement utile pour éviter que les contaminants présents dans l’air n'atteignent nos poumons.

Respiration buccale

Malheureusement, lorsque vous avez un rhume ou que vous participez à une activité sportive vigoureuse vous obligeant à respirer par la bouche (respiration buccale), l'air contourne notre système naturel de filtration et de conditionnement et peut accéder directement aux poumons, ce qui peut endommager les tissus délicats qu’ils contiennent.

Qu’est-ce que le nez peut filtrer ?

Le nez humain peut généralement filtrer les particules supérieures à 0,5 µm. Parmi les particules supérieures ou égales à cette taille, on trouve :

*La raison pour laquelle l’entière des fumées et des poussières ne sont pas filtrées est que leurs tailles varient considérablement. Il en va de même pour les bactéries : le nez peut filtrer certaines bactéries, mais pas toutes, en fonction de leur taille4.

Les particules inférieures à 0,5 µm (également appelées particules fines) ne sont généralement pas filtrées par le nez. On y retrouve : la fumée de cigarette, la fumée provenant de sources naturelles telles que les incendies de forêt, les virus comme le COVID-19 et les produits de combustion. Ces particules traversent facilement les voies respiratoires et pénètrent dans les poumons5.

Une cigarette allumée dégageant de la fumée

Comment protéger notre système respiratoire des polluants ?

Bien que vous puissiez difficilement contrôler le contenu de l'air qui pénètre dans vos voies nasales, vous pouvez prendre certaines mesures pour maintenir un nez en bonne santé et vous assurer qu'il fonctionne de manière optimale pour empêcher les particules les plus grosses d'atteindre vos poumons. Par exemple, l'une des meilleures choses que vous puissiez faire est de rester bien hydraté. Boire assez d'eau permet de garder le mucus fluide, ce qui aidera votre corps à piéger les polluants et à les évacuer vers votre estomac où ils seront neutralisés.

Voici quelques autres habitudes que vous pouvez adopter pour garder notre nez en bonne santé (ces conseils peuvent même réduire le risque de crises d'asthme pour les asthmatiques) :

  • Portez une écharpe lorsqu’il fait froid pour protéger votre nez et votre bouche des effets desséchants de l'air froid
  • Utilisez des lavages nasaux à l'eau salée pour garder les voies nasales humides en cas d'exposition à de l'air sec ou à des polluants
  • Évitez d'utiliser trop de sprays décongestionnants qui peuvent endommager les cils de votre nez
  • Avant de prendre tout nouveau médicament, vérifiez auprès de votre professionnel de santé que celui-ci n'entraînera pas de problèmes nasaux (par exemple certains médicaments contre l'hypertension et l'anxiété peuvent provoquer une sécheresse nasale)
  • Portez un masque dans l’avion pour éviter de respirer l'air sec de la cabine
  • Maintenez une alimentation saine et faite de l'exercice
  • Évitez le tabagisme et le tabagisme passif
  • N’épilez pas les poils de votre nez : ce sont des filtres vitaux !
  • Maintenez les allergènes à un niveau bas dans votre maison en époussetant et en lavant les draps régulièrement2

Une femme tenant une fleur jusqu'au nez

Comme mentionné ci-haut, votre nez ne peut pas vous protéger des particules inférieures à 0,5 microns. Cela comprend la fumée de cigarette ainsi que les particules fines qui sont particulièrement dangereuses car, en raison de leur petite taille, elles sont capables de pénétrer dans le corps par le système respiratoire et accéder facilement à la circulation sanguine, leur donnant ainsi un accès direct à tous les organes du corps, y compris le cerveau et le cœur, ce qui peut avoir un impact sérieux sur votre durée de vie. Une méthode reconnue qui fonctionne pour se protéger des particules fines consiste à porter un masque FFP2, mais comme beaucoup d'entre nous le savent à la suite de la pandémie de COVID-19, les masques sont inconfortables et peu pratiques à la longue. Il existe heureusement une autre solution pour vous protéger contre les particules de toutes tailles : en équipant votre maison et votre bureau d'un purificateur d'air.

Une respiration meilleure et plus saine grâce à Eoleaf

Les purificateurs d'air Eoleaf contiennent 8 technologies de filtration différentes, dont un filtre certifié HEPA (filtre à air à haute efficacité) qui élimine, en un seul passage, au moins 99,97% des particules d'une taille supérieure ou égale à 0,01 µm. Nos purificateurs d'air contiennent également des filtres à charbon actif qui sont efficaces pour filtrer les composés organiques volatils (COV), une autre classe de polluants qui ne peuvent pas être filtrés par le nez. Avec nos produits, vous êtes assurés de respirer l'air le plus sain et dépollué possible, et de protéger votre santé des effets dangereux des polluants aériens.

Contactez notre équipe d'experts en purification d'air dès aujourd'hui pour commencer à respirer un air plus pur grâce à un purificateur d'air Eoleaf.

Un homme plus âgé sentant l'air en lisant un livre

Sources

1 Termes du dictionnaire NCI du cancer. National Cancer Institute. (2023). Disponible sur https://www.cancer.gov/publications/dictionaries/cancer-terms/def/nasal-cavity

2 Votre nez : l'ultime purificateur d'air. Allergy & Asthma Network. (2023). Disponible sur https://allergyasthmanetwork.org/news/your-nose-the-ultimate-air-cleaner/

3 Eccles, R. (2013). Le nez et le contrôle du flux d'air nasal. Middleton’s Allergy, 640–651. Disponible sur https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/B9780323085939000413?via%3Dihub

4 Comment respirons-nous ?. Otrivine. (2022). Disponible sur https://www.otrivine.co.uk/nasal-health/how-do-we-breathe.html

5 Qu'est-ce que votre nez incroyable peut filtrer ! Breathing Retraining Center. (2023). Disponible sur https://breathingretrainingcenter.com/what-your-amazing-nose-can-filter/

6 Schwab, J.-A., & Zenkel, M. (1998). Filtration des particules dans le nez humain. The Laryngoscope, 108(1), 120–124. Disponible sur https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1097/00005537-199801000-00023

La gamme de purificateurs d'air Eoleaf

1 de 4