Les bienfaits des plantes d'intérieur sur la qualité de l'air intérieur

L'homme a besoin de verdure pour son bien-être. Même un citadin ressent quelque chose de spécial quand il traverse un parc et voit les arbres se balancer au gré de la brise lors de sa promenade ou pour se rendre au travail. Passer du temps dans les espaces verts est très ressourçant. Les plantes sont plaisantes esthétiquement, mais leurs bienfaits ne s’arrêtent pas là : elles peuvent avoir un impact significatif sur votre bien-être. La présence de plantes est capable de réduire notre niveau de stress, améliorer votre humeur, vous rendre plus productifs et améliorer votre concentration. Certaines études ont même montré que les personnes malades se rétablissent plus rapidement en présence de plantes d'intérieur1. Additionally, certain plants are capable of  decontaminating both water and air. Enfin, certaines plantes ont la capacité de décontaminer l'eau et l'air. Ci-dessous, nous discuterons de la façon dont les plantes nous profitent en éliminant les toxines de notre air et comment on peut les utiliser en parallèle d’un purificateur d'air pour décontaminer l'air que nous respirons à la maison.

A wooden chair next to several houseplants in a bright room

Les superpouvoirs des plantes

Les plantes purifient l'air

Les plantes contribuent énormément à la santé des environnements extérieurs et intérieurs, notamment grâce à leur capacité à améliorer considérablement la qualité de l’air intérieur. Plusieurs études ont montré que l'installation de plantes d'intérieur a un effet positif sur la qualité de l'air. Elles sont capables d'éliminer les polluants et de réduire la propagation des infections bactériennes et fongiques qui se propagent via l'air intérieur.

Lorsque nous respirons, nous inspirons de l'oxygène et expirons du dioxyde de carbone. Pendant la journée, les plantes font le contraire : elles absorbent le dioxyde de carbone et libèrent de l'oxygène et de la vapeur d'eau via le processus de photosynthèse. La libération de vapeur d'eau est initiée grâce à une action de pompage. La plante aspire ensuite l'air contaminé par des polluants jusqu'à ses racines et le transforme en nourriture. En fait, plus l'air contaminé est autorisé à circuler près des racines d'une plante, plus elle en aspire et plus elle est efficace pour nettoyer l'air intérieur2.

En 1973, lorsque la NASA a été confrontée à une crise de la qualité de l'air intérieur à l'intérieur de la station spatiale Skylab (ils ont découvert la présence de 107 composés organiques volatils, ou COV), trouver une solution est devenu une priorité absolue. C'était un exemple d'un phénomène qui a maintenant été nommé le syndrome des bâtiments malsains. Le syndrome des bâtiments malsains survient lorsque des toxines s’accumulent lentement mais continuellement, elles sont habituellement libérées par les matériaux synthétiques utilisés dans la construction d'un bâtiment. L'air ne pouvant circuler à l'intérieur des murs, ces toxines s'infiltrent dans l’air intérieur de l’habitation et y restent piégées, faisant tomber les habitants malades.

C'est exactement l'effet que cela a eu sur les astronautes vivant à Skylab. Bien entendu, supprimer tous les matériaux synthétiques à l'intérieur de Skylab n'était pas une option… Alors, que faire ? L'idée fut d’introduire la nature et ses bienfaits à l'intérieur de la station. Comme Bill Wolverton, responsable de l'étude de 1973, l'a déclaré dans un rapport de la NASA de 1989, "Si l'homme doit se déplacer dans des environnements fermés, sur Terre ou dans l'espace, il doit emporter le système naturel de support de la vie"2.

A living room with a tall houseplant

En effet, l’étude de la NASA a conclu que les plantes peuvent éliminer 87 % des polluants dans l'air en seulement 24 heures. Certains de ces polluants comprennent :

Pour rappel, ces polluants sont la raison pour laquelle l'air intérieur est 2 à 5 fois plus pollué que l'air extérieur !

Les études suivantes se sont concentrées sur les avantages des plantes d'intérieur lorsqu'elles sont utilisées comme méthode de dépollution pour éliminer les contaminants de l'air intérieur :

  • Plusieurs études ont montré que les plantes d'intérieur constituent une excellente solution peu coûteuse pour améliorer la pollution passive de l'air intérieur3,4,5,6
  • Deux études ont montré que les plantes d'intérieur sont des filtres à air naturels et ont recours à plusieurs méthodes de filtration telles que l'absorption, la dilution et la précipitation pour éliminer les polluants de l'air7,8
  • Une autre étude a examiné 11 espèces différentes de plantes d'intérieur, montrant que les plantes d'intérieur sont même utiles pour éliminer les particules fines et ultrafines de l'air intérieur9

Les plantes régulent le taux d'humidité

Il est recommandé de maintenir votre espace intérieur à un taux d'humidité compris entre 30 et 60 %, le taux d'humidité idéal étant autour de 45 %. L'humidité de l'air intérieur (HAI) détermine votre niveau de confort dans votre maison et votre bureau et est liée à la capacité des germes à se propager.

Des niveaux d'humidité trop bas ou trop élevés peuvent entraîner divers problèmes dans votre espace. Des niveaux trop faibles peuvent faire que vos boiseries et/ou la peinture sèchent et craquellent, ainsi qu’une augmentation de l'électricité statique. Des niveaux trop élevés peuvent causer de la moisissure et du mildiou, ce qui peut entraîner une plus grande pollution de l'air intérieur (due aux spores en suspension dans l'air)10. Trop d’humidité peut entraîner à la fois une pollution accrue de l'air intérieur due aux spores en suspension dans l'air et une multitude d'effets négatifs sur la santé, notamment des allergies.

Les plantes régulent naturellement le niveau d'humidité et peuvent diminuer les microbes de l'air (microbiomes). Selon une autre étude récente, cette capacité permet également de réduire le risque d'exposition aux pathogènes aéroportés11.

Les plantes luttent contre le COVID-19

Comme mentionné plus haut, en régulant le taux d'humidité dans l’espace intérieur, les plantes aident à contrôler la propagation des germes (bactéries et virus). Cela inclut le COVID-19.

En modérant les niveaux d'humidité intérieure, les plantes sont capables de réduire le taux de transmission virale du SRAS-CoV-19. Le coronavirus se propage via les aérosols émis par les humains, or les environnements à forte humidité constituent un terreau idéal pour le virus, encourageant des taux plus élevés de transmission virale. Une étude a révélé que les effets de la réduction des niveaux d'humidité et de température de 25 à 30 % en été peuvent inhiber la propagation du COVID-1912.

Cependant, le SRAS-CoV-2 et d’autres virus sont également virulents à de faibles niveaux d’humidité relative. En effet, dans des environnements secs les agents pathogènes ne sont plus freinés par les aérosols et les gouttelettes d’eau présents dans l’air, et ils peuvent donc voyager plus loin et plus facilement. Le graphique suivant compare deux environnements différents : le premier (à gauche) montre un environnement sans plantes qui a un faible niveau d'humidité relative et un taux élevé de transmission virale. Le second (à droite) montre comment une plante d'intérieur permet d’augmenter les niveaux d'humidité relative et de réduire le taux de transmission virale :

A diagram comparing humidity levels and viral transmission with and without houseplants

Source 13

En empêchant les niveaux d’humidité de chuter trop bas ou d’augmenter trop haut (les deux conditions dans lesquelles les virus peuvent prospérer le mieux), les plantes assurent une tâche indispensable consistant à empêcher la propagation des agents pathogènes grâce au contrôle de l’humidité.

Exploitez les pouvoirs combinés d'un purificateur d'air et des plantes à la maison

Le simple ajout d'une plante ou deux dans votre espace peut certainement améliorer votre air intérieur. Mais certains affirment que pour vraiment assurer une qualité de l'air intérieur optimale en utilisant uniquement des plantes, il faudrait installer autant de plantes que leur espace de vie ou leur lieu de travail le permet. Cependant, ce nombre de plantes serait à son tour dangereux car les plantes libèrent du dioxyde de carbone la nuit (lorsque la photosynthèse s'arrête). Si convertir votre espace en serre n'est tout simplement pas une option, un excellent complément consiste à vous équiper d'un purificateur d'air. Les purificateurs d'air de haute qualité, tels que les appareils Eoleaf, sont équipés de filtres certifiés HEPA qui assurent l'élimination de 99,97% des particules d'une taille supérieure ou égale à 0,01 microns. Cela comprend les COV (jusqu'à PM0,1), les germes (bactéries, virus, moisissures et spores) et les allergènes (pollen et acariens). Votre nouveau purificateur d'air, combiné à des plantes, peut vous apporter de l'air purifié et sain et vous protéger des polluants nocifs.

Sources

1 Lee, S. (13 juillet 2017). Pourquoi les plantes d'intérieur vous font vous sentir mieux. NBCNews.com. Disponible sur https://www.nbcnews.com/better/health/indoor-plants-can-instantly-boost-your-health-happiness-ncna781806

2 NASA. (2007). Les plantes purifient l'air et l'eau pour les environnements intérieurs. NASA. Disponible sur https://spinoff.nasa.gov/Spinoff2007/ps_3.html

3 Pegas, P. N., Alves, C. A., Nunes, T., Bate-Epey, E. F., Evtyugina, M., & Pio, C. A. (2012). Les plantes d'intérieur pourraient-elles améliorer la qualité de l'air intérieur dans les écoles ? Journal of Toxicology and Environmental Health, Part A, 75(22–23), 1371–1380. Disponible sur https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15287394.2012.721169

4 Soreanu, G., Dixon, M., & Darlington, A. (2013). Biofiltration botanique des polluants gazeux intérieurs – un mini-bilan. Chemical Engineering Journal, 229, 585–594. Disponible sur https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1385894713008474

5 Abbass, O. A., Sailor, D. J., & Gall, E. T. (2017). Efficacité des plantes d'intérieur pour l'élimination passive de l'ozone intérieur. Building and Environment, 119, 62–70. Disponible sur https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0360132317301592

6 Wei, Z., Van Le, Q., Peng, W., Yang, Y., Yang, H., Gu, H., Lam, S. S., & Sonne, C. (2021). Une revue sur la phytoremédiation des contaminants dans l'air, l'eau et le sol. Journal of Hazardous Materials, 403, 123658. Disponible sur https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0304389420316447

7 Kim, K.J., Khalekuzzaman, M., Suh, J.N. et al. Phytoremédiation des composés organiques volatils par les plantes d'intérieur : bilan. Hortic. Environ. Biotechnol. 59, 143–157 (2018). Disponible sur https://link.springer.com/article/10.1007/s13580-018-0032-0

8 Lee, B.X.Y., Hadibarata, T. & Yuniarto, A. Mécanismes de phytoremédiation dans le contrôle de la pollution atmosphérique : un examen. Water Air Soil Pollut 231, 437 (2020). Disponible sur https://link.springer.com/article/10.1007/s11270-020-04813-6

9 Stapleton E, Ruiz-Rudolph P. Le potentiel de réduction des particules ultrafines à l'intérieur en utilisant la végétation dans des conditions de laboratoire. Indoor and Built Environment. 2018;27(1):70-83. doi:10.1177/1420326X16668388

10 Thompson, R. W. (2022, October 26). Ideal indoor humidity levels & how to control them at home. Apartment Therapy. Disponible sur https://www.apartmenttherapy.com/hot-tip-use-a-humidifier-105471

11 Li, H., Wu, Z.-F., Yang, X.-R., An, X.-L., Ren, Y., & Su, J.-Q. (2021). La verdure urbaine et les espèces végétales sont des facteurs clés dans la formation des microbiomes de l'air et la réduction des agents pathogènes en suspension dans l'air. Environment International, 153, 106539. Disponible sur https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160412021001641

12 Wang, J., Tang, K., Feng, K., Lin, X., Lv, W., Chen, K., & Wang, F. (2020). Une température élevée et une humidité élevée réduisent la transmission du COVID-19. BMJ Open.

13 El-Tanbouly, R., Hassan, Z., & El-Messeiry, S. (2021). Le rôle des plantes d'intérieur dans la purification de l'air et la santé humaine dans le contexte de la pandémie de covid-19 : une proposition pour une nouvelle piste d'enquête. Frontiers in Molecular Biosciences, 8. Disponible sur https://www.researchgate.net/publication/352864811_The_Role_of_Indoor_Plants_in_air_Purification_and_Human_Health_in_the_Context_of_COVID-19_Pandemic_A_Proposal_for_a_Novel_Line_of_Inquiry

La gamme de purificateurs d'air Eoleaf

1 de 4